Étude sur la fraude dans le commerce en ligne en Suisse

Croissance du chiffre d'affaires – hausse des tentatives d'escroquerie
La forte croissance du commerce en ligne suisse se poursuit. Rien qu'en 2015, la vente par correspondance et le commerce en ligne ont augmenté en Suisse de 7,5 %, passant à 7,2 milliards de francs, selon l'Association Suisse de Vente à Distance (ASVAD). Actuellement, 7,5 % du volume total du commerce de détail sont réalisés en Suisse sur Internet.
Or, les tentatives d'escroquerie dans le commerce en ligne augmentent de pair avec la croissance du volume des ventes. C'est ce qu'a confirmé l'enquête conduite par la société CRIF SA, en coopération avec l'Association Suisse de Vente à Distance (ASVAD), auprès des vépécistes et des sites marchands suisses en septembre 2016. 95% des commerçants interrogés ont indiqué avoir déjà été victimes de fraude. Près de deux tiers des sondés estiment que la fraude a pris de l'ampleur dans le commerce en ligne au cours des dernières années. Près d'un quart est même d'avis qu'elle a très fortement augmenté.

Formes d'escroquerie
La commande de marchandises par des individus qui savent pertinemment d'avance qu'ils ne pourront pas payer est la forme la plus courante d'escroquerie. Le deuxième mode d'escroquerie le plus fréquemment mentionné est pratiqué par des clients qui achètent des produits en communiquant des données falsifiées. Le vol d'identité et de données de paiement (cartes de crédit) est aussi une forme d'escroquerie de plus en plus fréquente.

Pertes subies
Dans l'enquête, 7,3 % des sondés ont indiqué avoir subi une perte totale égale ou supérieure à CHF 50 000 au cours des 12 derniers mois. Chez près de 30 % des personnes interrogées, elle était égale ou supérieure à CHF 10 000.
Daniel Gamma, responsable e-Commerce chez CRIF, confirme cette tendance à la hausse des pertes: «Dans notre enquête de 2012, seuls 8,3 % des commerçants mentionnaient des pertes supérieures à CHF 25 000. Nous notons également lors des échanges quotidiens avec les sites marchands que la fraude ainsi que, par conséquent, la prévention de la fraude prennent de l'importance.»

Mesures
Plus de 90 % des commerçants interrogés ont déclaré prendre des mesures de détection des fraudes et plus de 47 % envisagent de les étendre. Les personnes interrogées estiment que le plus difficile est de définir des méthodes adaptées au risque et au client permettant de trouver le bon rapport coût-bénéfice et d'identifier les risques.

Pour obtenir l'étude complète, contactez presse.ch@crif.com. La société CRIF SA réalisera dorénavant cette étude tous les ans.