95,4% des e-commerçants sont concernés par la fraude

La société CRIF SA a mené une enquête sur la fraude auprès d'e-commerçants et de vépécistes suisses, en collaboration avec l'ASSOCIATION DE COMMERCE.swiss. Dans ce cadre, plus de 95% de tous les commerçants interrogés déclarent avoir déjà été victimes de fraude. Un tiers d'entre eux ont enregistré une augmentation des tentatives de fraude pendant le confinement.
47,8% des personnes interrogées déclarent que la fraude a augmenté voire nettement augmenté par rapport à 2019. Pour 45,5% des personnes interrogées, peu de changements ont eu lieu par rapport à l'année dernière.

Hausse du montant des pertes
La majorité des personnes interrogées, à savoir 70,7%, estiment le montant des pertes le plus élevé à moins de 5000 CHF. Cependant, les pertes comprises entre 5000 et 25 000 CHF ont connu une hausse par rapport à 2019. Pour les pertes comprises entre 5000 et 10 000 CHF, l'augmentation est de 4,6%, pour celles comprises entre 10 000 et 25 000 CHF, elle est de 3,8%. De plus, 4,6% des commerçants ont enregistré des pertes de plus de 100 000 CHF au cours des 12 derniers mois. Soit un tiers de plus qu'en 2019.

Augmentation du vol d'identité
Par rapport à 2019, le vol d'identité a augmenté de 13% et 70,5% de toutes les personnes interrogées le citent comme l'une des formes de fraude les plus courantes. La commande de marchandises par des personnes qui savent à l'avance qu'elles ne peuvent pas les payer fait partie des formes de fraude très répandues. Ainsi que l'achat de marchandises par des clients qui communiquent des données falsifiées. En outre, avec un taux de 15,9%, les tentatives de fraude avec des données de paiement volées ont doublé par rapport à l'année dernière.

Utilisation croissante de mesures de détection des fraudes
Plus de 93% des commerçants interrogés ont déclaré prendre des mesures de détection des fraudes. La majorité, soit plus de 84%, vérifie manuellement les commandes suspectes. Pour lutter contre la fraude, le recours à diverses «listes noires» et à des filtres antifraude est également très répandu. L'utilisation de technologies basées sur l'empreinte digitale a doublé par rapport à 2019 et l'utilisation des outils de transaction a même triplé. En 2019, un tiers des commerçants déclaraient encore prendre des mesures de lutte contre la fraude eux-mêmes ainsi que par l'intermédiaire de prestataires de services; en 2020, la proportion est désormais de 50%.
Deux tiers affirment que les tentatives de fraude ont régressé grâce à l'utilisation de mesures de détection des fraudes. C'est également ce que confirme Daniel Gamma, responsable du e-commerce de CRIF: «Pour les e-commerçants, développer régulièrement des mesures en matière de prévention de la fraude vaut la peine. En outre, de plus en plus de commerçants sous-traitent la prévention de la fraude à des prestataires de services externes qui proposent des outils de transaction. C'est pourquoi la société CRIF développe en permanence ce secteur.»

Pour obtenir l'étude complète, contacter presse.ch@crif.com.